Technique de la laine cardée

Pour expliquer cette technique, rien de tel qu’un projet simple photographié étape par étape. Je me suis dis qu’on allait faire une petite broche.

Désolée pour la qualité des photos, c’était ce soir en zoom :

  1. Mes fournitures : laine cardée, support en mousse et 4 aiguilles (grosse, moyenne, fine et très fine).
  2. Prendre une toute petite touffe et commencer à la piqueter en boule sur le support en mousse
  3. En la roulant un peu avec les doigts et en poussant les fibres avec l’aiguille, former la boule.
  4. Continuer à aiguilleter quand la boule est formée pour bien la densifier. Pour la lisser, mettre un tissu sur la mousse (cela évite que la laine se prenne dans les alvéoles…ce qui est souhaitable au début mais pas pour les finitions)
  5. Faire plusieurs boules de différentes tailles et couleurs.
  6. Prendre un morceau de feutrine et coller les + grosses boules avec de la colle à tissu.
  7. Ensuite, coudre la feurine sur le support à broche. Coudre les plus petites boules aux + grosses…et voilà !

Plus rapide que la broderie

Voici une technique qui permet de personnaliser des vêtements rapidement et facilement : la laine cardée.

En fait, il s’agit de laine simplement peignée (avant le filage de la laine) que l’on feutre avec de fines aiguilles en forme de harpons. Les crochets de l’aiguille entremêlent les fibres de la laine et on obtient un feutre. L’avantage c’est que ce feutrage permet d’incruster le feutre dans un tissu.

En ce moment, j’apprécie la mode des jupons mais il y a un peu trop d’uniformité dans la rue à mon goût. Voici donc un exemple de personnalisation d’un jupon avec la technique de la laine cardée. Cela représente une soirée de travail (environ 2h).

Oiseaux de paradis : le toucan

Je n’ai pas pu poster hier suite à un problème d’Internet chez moi… Mais ce matin, voici la 2e partie des oiseaux de paradis : le toucan.

Comme pour le pic royal, je ne remplis que les parties « importantes » et particulirement remarquables de la bête. Pour ce toucan, c’est le bec, bien sûr, mais aussi sa crête luisante et bouclée. J’ai essayé de la rendre avec une broderie au ruban.

Pour les oiseaux de paradis, c’est tout ce que j’ai fait pour l’instant car je doit réfléchir comment je vais monter et coudre ma robe avant de continuer les broderies (histoire de ne pas broder là où se trouveront les coutures). Mais la couture est quelque chose de beaucoup plus compliqué pour moi : la fin n’est pas pour demain !

C’était l’hiver… il fallait un sac d’hiver !

Un cadeau de Noël de ma grande soeur qui tricote : sac laine bouillie harry potterSac en laine bouillie
Vous allez voir, il est splendide. J’étais un peu dubitative en ouvrant le paquet cadeau car elle me l’a offert avant ébouillantage (-tation ? > Charlotte si tu m’entends au secours !) : « dans ma tête : Mmmh ? c koi ce truc ? Ah Flo ! t’es là, hé hé… Merci hein, super !« 

En fait, c’est un sac Harry Potter avec un bouton blason… trop cool.

Pour l’hiver cependant ;o)

Une idée m’est venue…

Et si l’hégémonie du point de croix était lié à son potentiel business par rapport aux autres techniques ?!

Vous allez me dire que découvre l’eau tiède mais je ne l’avais pas réalisé jusqu’ici.

Car seul le point de croix nécessite d’acheter sans arrêt de nouvelles grilles, de nouvelles toiles et de nouvelles nuances de fils (en broderie trad. on peut mélanger les fils).

J’ai eu cette illumination en passant devant une mercerie qui fait « 20 % sur tout le point de croix » pour les soldes. Je me suis dis Oh, c’est toujours la même chose, y en a que pour le point de croix. Mais pour la broderie traditionnelle, vous n’avez besoin que :

  • de fils & d’aiguilles
  • de votre imagination
  • de papier et d’un crayon pour dessiner le motif
  • d’un stylo pour textile pour reproduire le dessin sur le support choisi avant de broder

    C’est pas soldable ;o)

  • C’est l’été… il faut un sac d’été !

    J’ai hésité à vous mettre la suite des oiseaux aujourd’hui… et puis non. Je n’ai pas encore parlé couture jusqu’ici donc j’ai décidé d’étrenner la rubrique ce soir.

    Un bô we de mai, je suis allée à Bouchara (pas de pub, pas de pub ;o)) afin d’acheter du tissu pour faire du linge de lit pas cher… Après ces menus achats, je me suis dis « Tiens, allons faire un tour au Printemps pour regarder un peu les accessoires en ce moment« . Je vois un joli sac tout bête rectangulaire et je me dis « Oui, bonne idée, un nouveau sac pour l’été« .

    Mouais, 50 euros le joli sac tout bête. J’ai donc fait demi-tour chez Bouchara pour acheter la belle toile à transat devant laquelle j’avais bavé 30 min plus tôt sans parvenir à lui trouver d’utilité. Et voilà le fruit de 2 soirées de boulot:
    sac besace fait-main

    Il est plus beau que celui que j’avais vu en magasin bien sûr ;o)
    Et dedans j’ai mis des poches pour mon portable, mon chequier et mes portes-cartes. Pratique et fait sur-mesure pour ma taille !