Parc des Hautes-Gorges de la rivière Malbaie & musée de la drave

Parc des Hautes-Gorges de la rivière Malbaie

Ce matin, le temps était encore très brumeux et même froid. J’ai donc hésité avant de partir pour le parc et finalement, j’y suis allée

Arrivée sur place, il faisait un poil meilleur et je suis partie pour faire une petite rando, le chemin du Riverain. Bon déjà, je me suis bien galérée pour trouver la zone de parking. Je suis d’abord partie dans une chemin tout caillouteux avant de trouver un endroit suffisamment large pour faire demi-tour sans risquer de tomber dans le fossé à la moindre manœuvre. Ensuite, je l’ai dépassé avant de m’apercevoir qu’il n’y avait pas de parking comme c’est le cas d’habitude mais qu’il fallait juste se garer à l’entrée du chemin dans lequel je m’étais fourvoyée.

En sortant, je me suis littéralement faite agressée par des petites mouches noires du style aoutât. Ça m’était déjà arrivée hier à Tadoussac mais ce coup-ci, j’avais prévu le coup avec mon spray anti-maringouins (moustiques).

Après ces déboires, je suis partie pour ma rando. Le chemin est praticable tout du long en VTT, il ne présente donc par de grosses difficulté si ce n’est la longueur. J’imagine que c’est pour ça qu’il est noté intermédiaire. Pour ma part, je suis montée au point le plus haut avant de rebrousser chemin. En effet, normalement c’est une boucle mais il a été transformé en aller-retour car le barrage qui permet de traverser la rivière est endommagé. La vue est assez spectaculaire.

20130829-214317.jpg 20130829-214439.jpg

En revenant, je suis allée en voiture au fameux barrage. La rivière ci-dessus a connu la drame et, comme je l’apprendrai plus tard, a eu son lot de morts et d’accidents.

Musée de la Drave

En reprenant la voiture, j’étais un peu inquiète car j’avais un voyant qui m’indiquait que j’avais un souci de pression des pneus. J’ai donc été faire un tour chez un garagiste. Apparemment il n’y avait pas de gros souci. Le voyant reste allumé… Je pense que l’électronique déconne un peu.

Ensuite, je me suis baladée jusqu’au musée de la Drave (fermé jusqu’à 17h30), puis à la maison du bootlegger (dernier tour parti il y a 10 min…) et repartie au musée de la Drave.

20130829-220617.jpg

Là, le propriétaire et ancien draveur (25 ans de drave) m’a tout fait visité et expliqué avec son accent inimitable. C’est lui qui a récupéré tout le matériel à la cessation de la Drave en 1986 (interdiction en en 1995) et en a fait un musée il y a 6 ans. Il y a tous les outils du draveur, les vêtements, les ustensiles de cuisine, le poêle en fonte qu’ils déménageaient 3 fois par saison, des dizaines de photos… et même les motoneiges ou skidoux depuis le premier modèle, en passant par le modèle Harley-Davidson jusqu’au dernier utilisé. Le clou de la visite, ce sont deux auto-neiges tout en bois et qui fonctionnent toujours. D’ailleurs le propriétaire ballade encore des touristes devant l’hiver.

20130829-220638.jpg
20130829-220631.jpg 20130829-220645.jpg

Il y a encore beaucoup à en dire vu que j’y ai passé 1h30. Le propriétaire m’a expliqué qu’il se trouvait dans le guide du Routard car il avait aidé les deux jeunes filles du Routard qui cherchaient à se loger dans la région.

Pour parachever l’aventure de la journée, mon GPS m’a fait faire 5 km sur des petites routes tellement minus qu’elles n’avaient même pas de goudron partout… Autant dire que je n’était pas emmerdée par la circulation dessus !

20130829-220653.jpg

Je me suis donc offerte un repas en table d’hôte (c’est à dire avec 4 services) pour me remettre et me voilà au chaud ! Parce que ce soir, le fond de l’air se ressent pas mal de l’automne qui arrive. Mais finalement, jusqu’ici tout va bien !

Fjord de Saguenay : secteur de Rivière-Éternité

C’était prévu depuis quelques jours, la météo n’était pas prévu pour être de mon côté aujourd’hui. Du coup, j’ai dormi jusque 9h du matin et ai tranquillement décollé vers 11h après avoir discuté avec des bretons.

Finalement, malgré le temps, j’ai décidé d’aller au parc national du fjord de Saguenay côté de la Baie-Éternité. Et bien m’en a pris ! il y a certes eu quelques petites averses et quelques gouttes mais le soleil à fini par percer petit à petit et j’ai pu profiter de très beau panoramas.

Le fjord est donc l’endroit du mélange entre l’eau douce du lac Saint-Jean et l’eau salée venue de l’estuaire du Saint-Laurent. C’est un des plus grands fjords de la planète qui a été formé par le glissement d’un glacier durant la dernière période glaciaire (-18 000 ans).

20130826-204912.jpg 20130826-204926.jpg
20130826-204935.jpg 20130826-205004.jpg
20130826-205011.jpg

Après une randonnée sur le chemin de la Statue assez ardue (530m de dénivellé AR principalement via des escaliers), je me suis reposée un peu au soleil de la fin d’après-midi sur un rocher au milieu de la batture en regardant la marée finir de monter. La batture, c’est le nom donné à la plaine herbeuse laissée par la marée basse. Il semblerait qu’en Bretagne cela s’appelle « l’estat ». Une confirmation paternelle ?

20130826-205022.jpg 20130826-205045.jpg

Pour finir, j’ai fait un tour sur la promenade dans la ville de Saguenay, mangé un burger d’effiloché de porc qui a l’air d’être un grand classique ici et une tarte au « lime » (au citron quoi ! – et après ils nous font des leçons quand on utilise des mots anglais !).

20130826-205052.jpg

Donc pour une journée qui devait avoir un temps pourri, jusqu’ici tout va bien !

Parc du Mont-Tremblant

Parc du Mont-Tremblant

J’ai passé une nuit formidable dans un grand lit super confortable, la fenêtre ouverte (avec moustiquaire) en écoutant les grillons et quelques hiboux. Au petit déjeuner (œuf bénédicte, pancake aux fruits rouges et jus d’orange frais pressé), j’ai discuté avec un jeune couple de texans d’une soixantaine d’années.

Après avoir préparé mon pique-nique, je suis partie pour le parc du Mont-Tremblant. Si les routes canadiennes sont toujours assez larges, elles ne sont pas toujours en très bon état. Mais ce n’est pas vraiment un problème vu ma super voiture d’une part et la vitesse de conduite ici d’autre part. Dans le parc, malgré les grandes lignes droites bien entretenues, la vitesse est limitée à 50 km/h par exemple.

Chemins de courte randonnée

Au Canada, l’entrée des parcs est payante : aujourd’hui 6,50$ pour 1 personne !
J’ai ensuite emprunté le chemin des Roches, large, sans obstacle et bien balisé. Il monte un peu mais je n’y ai pas vraiment vu de difficulté bien qu’il soit classé intermédiaire. L’arrivée se fait sur un belvédère où j’ai déjeuné en discutant avec un couple de québécois bien sympa. 20130821-231128.jpg
20130821-231139.jpg 20130821-231213.jpg

Du coup, on a fini le chemin ensemble en discutant. On a pris un chemin de jonction pour rejoindre le chemin de la Corniche. La jonction était notée comme non aménagée mais il y avait des signes tous les 10 mètres sur les arbres. Ça ressemblait plus aux chemins de montagnes que j’ai expérimenté en France. Ensuite on a rattrapé le chemin de la Corniche et aboutit sur… un autre belvédère.

Plage !

Après la ballade, je suis allée me poser sur une place pour assister au coucher de soleil qui jetait une lumière dorée sur tout le lac et les collines couvertes de forêt. La plage est une zone bien aménagée avec cabines, toilettes, tables de pique-nique et barbecues.
20130821-231221.jpg 20130821-231230.jpg
20130821-231241.jpg20130821-231401.jpg

En reprenant la voiture, je me suis encore arrêtée à 2-3 endroits sublimes sur la route, le long du lac Supérieur par exemple. De toute façon dans ce coin, il y a littéralement des lacs à chaque intersection. Il y a facilement 5 lacs pour 1 village.
20130821-231106.jpg 20130821-231414.jpg

Ce soir, j’ai fait quelques courses pour mon pique-nique de demain et je vais repasser une bonne nuit !

Et donc jusqu’ici,tout va bien.

Montréal : Mont Royal

Après un réveil très matinal (qui équivalait pour mon corps à un réveil à midi), je suis allée faire un tour au centre d’information touristique de Montréal rue Peel. Je le conseille très vivement à tout touriste de passage au Québec. La conseillère était adorable, m’a donné des masses d’informations et aurait bien été capable de me faire l’ensemble de mon voyage en détail comme une agence de voyage : hébergement, voiture et tout… Gratuitement !

Après avoir ramené à l’auberge mes 2kg de documentation (nan mais sans rigoler en plus !), je suis allée au Parc du Mont Royal d’où vient le nom de Montréal.

C’est un peu comme si à Paris on s’était dit qu’on allait mettre le parc de Vincennes à la place des Tuileries, histoire d’avoir un peu de verdure. Des kilomètres de sentiers pour courir, faire du trial, du VTT de montagne, des espaces verts immenses où se poser avec des enfants, assez peu de monde, etc.

Tout en haut on peu avoir des vues panoramiques de Montréal sous tous ses angles.

20130816-093712.jpg
20130816-093727.jpg
20130816-093732.jpg
20130816-093740.jpg

Et le soir, ça a été apéro sur le Mile End, nouveau quartier historique de Montréal, avec Lucas, un ancien collègue de Paris venu immigrer à Montréal, et plusieurs potes français immigrants tout pareils. Ils faut dire que j’en rencontre partout à Montreal des immigrants français ! On a terminé avec un barbecue et on était au poil !

Et donc, jusqu’ici, tout va très bien !