Déménagement & plage de Jungmun

Ce matin, je me suis réveillée aux aurores en ayant mal dormi. Du coup, le premier truc que j’ai fait c’est de me trouver un autre logement. Je me suis décidée pour un Airbnb. Coup de chance, mon hôte me répond rapidement et on se met d’accord pour qu’il passe me chercher à mon hotel à 10h pour que je puisse laisser mon sac chez lui (la chambre n’étant pas prête.
Continuer la lecture de « Déménagement & plage de Jungmun »

Vis nue

Vis

Après une excellente nuit dans un lit super confortable et absolument zéro bruit, je me suis réveillée tôt et je suis partie à 8h faire un petit tour dans les ruelles autour de mon appart pour faire quelques photos à la lumière du matin.

image

J’ai ensuite pris mon petit déj, ce qui a manifestement attiré un quémandeur à ma porte. Je l’ai mis à la porte lui et ses puces et je suis partie me renseigner auprès des agences de tourisme et de l’office de tourisme sur le coin.

Au final, j’ai loué un VTT et je suis partie à l’ouest de Vis pour me poser dans un coin tranquille où il est possible de faire du naturisme.


Vis
En VTT à l’ouest de Vis

J’ai trouvé le chemin de terre qui longe la côte. Le chemin est très très caillouteux et avoir un VTT est vraiment indispensable pour passer. J’ai fini par m’arrêter et descendre sur les rochers. Là, ayant vu un monsieur tout nu assez loin, je me suis dit que j’avais trouvé le bon coin. J’ai trouvé un emplacement bien plat et je me suis installée. Après quelques hésitations, zioup, j’ai tout enlevé et fait mon premier essai en naturisme ! Comme je crevais de chaud après la ballade en vélo, je suis allée me baigner direct. Qu’est ce que c’est agréable de se baigner nue ! Bon, des sandales en plastique pour avancer dans les rochers avant de se mettre à l’eau sont plus que nécessaires et il vaut mieux ne pas poser les pieds sans regarder vu les oursins (moins nombreux que sur la plage par contre).

Vis
Zone naturiste isolée près de Vis

J’ai passé un moment là avant de bouger avant de reprendre mon vélo pour trouver un endroit ombragé pour laisser passer le soleil au zénith. A l’ombre du pin, j’ai fait une petite sieste.

Vis
Attentions aux oursins quand même…

Puis je suis repartie vers Vis, assez affamée et assoiffée, pour manger un risotto aux champignons. Le risotto était plus que copieux et bon même si ce n’était pas un risotto dans les règles de l’art italien.

Et pour finir, je suis allée me balader du côté de Vis quartier Kut, à l’est de la baie. J’ai rendu mon vélo, pris une douche et appelé une agence pour réserver un tour en kayak demain à Komiza (prononcer Komitcha). Le tour n’est pas garanti, mais quoiqu’il en soit, je vais aller à Komiza demain pour voir le coin.

Vis

Vis
Église à Vis (quartier de Kula)

Vis

Vis
Un des nombreux escaliers

Là je suis installée dans un un petit bar avec un mojito en écoutant des 33 tours qui crachotent du rock des années 50. C’est bien cool et jusqu’ici tout va bien !

PS : Au fait, j’ai oublié de raconter un truc marrant qui m’est arrivé hier. Quand je prenais quelques renseigements en passant dans une agence, il y avais une petite dame avec son autocollant de croisiériste qui marmonnait en français. Elle essayait de savoir où se trouvait le musée archéologique. Mais le monsieur de l’agence ne parlait pas français (quel scandale !) et elle était bien embettée. Le monsieur aussi parce qu’il ne savait pas trop bien quoi faire d’elle. Du coup, je leur ai proposé d’interpréter. Bref, à la fin, la petite dame m’a félicitée pour mon français impeccable ^^. Sur le coup, j’ai pensé qu’elle voulait dire anglais, mais non… 😉 Ça m’était aussi arrivé à Split, d’ailleurs.

Va, Vis et bronze

Vis Croatie

Aujourd’hui c’est ferry. Et ferry avec voitures et pas de catamaran hein ! Les catamarans grande vitesse, j’ai testé, souvent ils ne permettent pas de se mettre à l’extérieur. Et être les cheveux dans le vent est pour moi le moyen ultime de ne pas être malade. J’ai toujours un peu d’appréhension à prendre le bateau, moi et mon mal de mer (de bus, d’avion, de voiture, de planche de surf, etc).

Comme le mardi, exceptionnellement, le ferry part à 11h au lieu de 9h, j’en ai profité pour faire quelques courses avant de partir sur la présomption que ce serait plus cher sur l’île. Résultat, mon petit sac à dos pesait autant que le gros. 20 min comme ca et j’étais déjà épuisée. Autant dire que je ne suis pas prête de faire une randonnée avec portage.

J’ai profité du voyage pour bouquiner et choper un très ridicule coup de soleil du ventre en mode carré rouge… Je me demande ce que c’est comme signalétique le carré rouge ?

Arrivée à Vis, le père de mon hote m’a mené à mon appartement en montant quelques marches et une ruelle en sérieuse pente : le rez-de-chaussée très bien aménagé d’une maison en centre ville. Franchement, je suis super bien installée.

Vis Croatie
Arrivée à Vis

Je suis allée me ballader et repérer les lieux et les activités possibles. Il y a par exemple la visite des bunkers et autres lieux militaires de la seconde guerre mondiale et notamment la cache de Tito ou dans un autre genre, un tour en bateau vers la Blue Cave et Green Cave. Puis après avoir laissée passer les heures les plus chaudes, je suis allée me poser à la plage. La baignade est un peu risquée avec des oursins très endémiques dans le coin mais l’eau est translucide.

Vis Croatie
Vis Croatie
Vis Croatie
Vis Croatie
Vis Croatie

Et puis je suis rentrée à la maison, je me suis faites à manger et je me suis battue avec de minuscules fourmis qui crapahutent un peu partout dans la cuisine / salon. Mais sinon, jusqu’ici tout va bien !

Sihanoukville : Independance beach

Aujourd’hui n’a pas été d’une activité folle. D’ailleurs, ça me va bien car j’ai mal au genou depuis quelques jours. Comprends pas d’où ça vient.

Bref, ce matin, j’ai profité du tuk-tuk gratuit vers la plage d’Independance Beach. En arrivant, le couple d’habitués avec qui j’ai fait le trajet (un australien et sa compagne cambodgienne) se sont installés dans les fauteuils de plage du bar devant lequel on nous avait déposé. J’étais pas trop sûre de comment ça se passait au début mais j’ai fini par pigé que c’est en fait le bar de plage de l’hôtel même si les deux sont séparés de quelques kilomètres.

DSC03682.jpg

DSC03683.JPG

Après quelques bains dans une eau qui ne doit pas être loin des 30 degrés et un déjeuner, le temps s’est couvert et j’ai profité que le couple repartait à l’hôtel pour partager un tuk-tuk.

Ensuite, le temps ne s’arrangeant pas, j’ai fait mes plans pour les jours qui viennent, bouquiné et regarder un film. À la nuit tombée (18h30), la pluie s’est mise à tomber furieusement et sur les toits en taule ici, ça fait du bruit.

Et jusqu’ici, tout va bien.

Night & day life

Good good night

Hier soir je vous ai laissé avant de partir en soirée, il faut donc que je raconte un peu.

Avec mes 4 copines, nous nous sommes donc un peu pomponnées pour profiter de la vie nocturne puisque Gili Trawangan est décrite comme l’Ibiza de Bali… Heureusement ou pas (puisque je n’y suis jamais allée), Gili T ne ressemble pas du tout à Ibiza de l’avis de plusieurs personnes qui y sont allées.

L’atmosphère ici est plutôt décontractée, beaucoup de bars et de restos de plage passent de la musique de tous les styles. Les gens se promènent à pied et en vélo et toutes les 2 min, le pouet-pouet d’un cidomo (mini carriole tirée par un petit cheval) retentit pour prévenir les gens de se pousser mais diminuer son allure qui peut-être vraiment vive.

Nous sommes donc installées dans les gros poufs d’un resto offrant des fruits de mer et poissons grilles au barbecue. Objectivement hors de prix, j’en suis sortie encore affamée. nous nous sommes néanmoins dirigées vers The place to be un lundi soir : la soirée au Blue Marlin.

Une fois devant, les filles ont préféré continuer alors que je suis restée sur place à profiter de la musique électro. Le DJ est bon, pas répétitif, le mojito correct à 4-5€. Si au début nous étions peu sur la piste, le club s’est très vite rempli.

J’ai rencontré des gens de toutes nationalités (irlandais, australiens, américains de Seattle, une québécoise, hollandais, …) et très vite sympathisé avec Robin, un hollandais que son ami avait laissé seul pour la soirée. Ce fut une good good night où j’ai découvert que, même pompette, je pouvais toujours parler en anglais. J’ai aussi découvert les techniques secrète de drague due mec bourré : faire semblant de ne pas faire exprès de me renverser de la bière dessus… Inédit & inefficace !

Après un retour en catimini dans la chambre à 3h du mat’ puisque je la partageais avec Sidead et Daniela, je suis réveillée tel un coucou suisse à 7h du matin…

Beatches

Les filles ayant décidées de mettre les voiles le jour même pour Gili Meno, elles se sont faites rembourser la 2ème nuit déjà payée sans problème. Elle m’ont même gentiment trouvé une nouvelle chambre dans le même hôtel pour un bon tarif.

Gili indonesieAprès un petit déjeuner à parler français comme JC Vandamme avec des français arrivant de Java (j’ai pensé à toi Morgane), j’ai décidé d’aller directement à la plage en face de mon hôtel. Un bouquin, un paréo, un maillot de bain et des lunettes de soleil, c’est tout ce que j’ai emporté avec moi, comme si j’allais simplement m’installer pour lire dans le jardin, tellement la plage est proche. Sur la photo mes 3 bikinis… Ben quoi ? Il faut bien ça !

D’ailleurs, il faut que je décrive un peu la plage. C’est une longue plage de sable blanc et fin où l’eau a toujours suffisamment de profondeur pour permettre de se baigner. Les bateaux accostent directement sur la plage où ça les arrange donc il faut faire attention. Il me semble que les pilotes sont assez prudents dans leurs manœuvres. L’eau est chaude, turquoise et cristalline, je peux même y rentrer sans lever mes coudes 😉 Ici, tout est facile !

Au bord de la plage se trouvent tous les restaurants et bars qui ont installé coussins et chaises longues. Mais pas d’inquiétude. D’une part il n’y a pas de notion de plage privée et d’autre part, hier, je suis bien restée à bouquiner une demi-heure sur un coussin avant de me décider à appeler le serveur qui sinon, ne serait jamais venu me voir…

C’est une ambiance cool qui change de Sanur où les sollicitations pour un massage, une manucure, une pédicure, « come in my shop », et autres transats sont incessantes.

Hu hu hu

Cidomo Bali Gili Sinon, j’ai vu des trucs assez drôles comme le maillot de bain intégral. Non les filles, ce n’est pas un truc à demander à son esthéticienne mais bien un maillot de bain en lycra avec manches longues, leggings, jupette patineuse et même un voile en option.

Des japonais / coréens / chinois qui voyagent en groupe sur Gili T en se déplaçant en cipromo et en faisant du snorkelling à 20 m de la plage avec gilet de sauvetage (parce qu’on ne sait jamais hein !). Je pense que c’est peut-être leur version du voyage « aventure ». Le grand frisson en dehors du car 50 places.

Il y a aussi la petite française du bungalow d’en face qui passe sa journée sur son ordi parce que son chéri est parti plonger puis la soirée à regarder la télé. Elle n’est pas sûre de vouloir faire son baptême de plongée car elle risque de ne pas être dans le groupe de son chéri… Ahem.

Et enfin les chats dont 75% ont la queue tordue d’une manière ou d’une autre qui me laisse penser qu’il y a une histoire de génétique là-dessous.

Soirée chicha

Pour la soirée, j’ai retrouvé Robin et son « buddy » pour boire un verre et fumer la chicha au bord de l’eau. Soirée plutôt calme donc puisque sur Gili T c’est la fête mais un jour sur deux seulement, le temps que tout le monde se remette de ses émotions et ait la force d’aller faire des activités un jour sur deux (c’est la théorie de Robin en tout cas !).

On a été sagement se coucher à minuit. Aujourd’hui c’est voyage ! 15 minutes de bateau jusqu’à Bangsal pour m’arrêter quelques jours à Sengiggi. Je n’ai pas pris de pilule anti-nausée mais je pense que ça devrait aller ! Par contre j’en chercherai pour le retour à Bali et l’avion !

Sanur

Cette journée à Sanur à été assez active et pourtant j’ai l’impression d’avoir un peu trainasser tranquillement toute la journée.

Matin shopping

Le matin, après le petit dej, je suis allée à mon autre hôtel, Flashback’s, pour leur demander où changer de l’argent puisqu’ils indiquaient sur leur site de leur demander conseil (sans commission). En fait la manager très sympa du Flashback’s, m’a directement fait du change à un taux intéressant (pas trouvé mieux en me baladant depuis) et sans commission. Ensuite elle m’a donné quelques conseils.

Après avoir tenté vainement de contacter mon assistance Gold MasterCard pour leur demander si c’était ok que j’aille m’acheter quelques affaires à leurs frais (comme prévu dans les garanties – merci Morgane pour l’idée de la carte Gold), je suis allée faire des courses. Je me suis achetée le strict nécessaire question hygiène et vêtements… 3 robes dont 2 en soie, un bikini, un sarong, des sandale et une petite culotte. Ça, ce sont des vacances qui commencent bien ! Je suis très contente de mes achats.

Midi installation

Ensuite, retour à l’hôtel pour faire le check-out et zou, je file à l’autre faire le check-in. Coup de chance, la chambre était déjà prête. Franchement, je recommande le Flashback’s. Pour la moitié du prix, j’ai une chambre certes petite et sans clim mais aussi beaucoup plus sympa, avec une jolie salle de bain, thé et café à disposition, serviette de plage et serviettes de toilette. Elle donne sur un patio arboré avec une toute petite piscine très profonde (2 m de large mais 1,5 m de profondeur !). Vraiment top, chaleureux, et accueillant.

20120817-230108.jpgJ’ai déjeuné sur place de mon premier vrai repas indonésien, un Nasi Goreng. Miam ! J’ai décidé après d’aller faire un tour de reconnaissance sur la plage… Mais j’ai un peu galéré pour y accéder car les hôtels le long de la mer bloquent l’accès à la promenade de bord de mer. Finalement, je me suis faufilée via le Bonsaï Café, un bar de plage à moitié fermé où sont cultivés dans un petit jardin… des bonsaïs.

Après-midi tranquille

20120817-230100.jpgSur la plage, pas énormément de monde mais des indonésiens en train de jouer à divers jeux car c’est la fête nationale indonésienne aujourd’hui.

20120817-230051.jpgJe suis rentrée chercher mon maillot de bain, loué un transat, fait un tour dans l’eau (max. 60 com de profondeur… Cela explique peut-être la piscine pour rétablir le karma de la profondeur de baignade) et ai vacillement résisté au vent pendant quelques temps avant de plier bagage.

En rentrant, il était temps de prendre quelques décisions : qu’est-ce que je fais demain, où je vais, comment j’y vais, etc. Pour finir, j’ai décidé d’aller à Nusa Lembongan 2 jours avant de continuer vers Gili Trawangan. Le Flashback’s m’a aidé à réserver un passage avec une compagnie qui offre un package Lembongan – Gili, ce qui est la solution la moins pénible et la moins chère. Néanmoins, j’ai trouvé que les transports n’étaient pas donné par rapport à la Thaïlande.

Soirée active

L’heure de manger approchant et la nuit tombant, je suis partie au marché de nuit pour manger. Là, pour le coup, c’est comme en Thaïlande, un peu bordélique, bon et pas cher. 20 000 Rp pour des brochettes de poulet grillées dans une sauce à la cacahuète avec du riz et un grand smoothie mangue – lait de coco.

Puis, j’ai filé changer encore de l’argent car le Lonely Planet souligne que les îles ne sont pas très bien loties de ce côté là. Bon, j’ai trouvé un taux intéressant (mais moins que l’hôtel) mais le mec a gravement tenté de me rouler dans la farine à grand coups de comptage / escamotage de billets. Pas de pot, j’ai tout recompté systématiquement avant de mettre l’impressionnante pile de billet dans mon porte-monnaie… Au final, je lui ai gracieusement accordé une petite commission. Nanmého ! Ceci dit, heureusement que j’avais discuté plus tôt avec des français à qui il venait d’arriver cette mésaventure… Mais ils s’en sont aperçu après :/

Et sur le chemin du retour, un salon de beauté m’a fait de l’oeil et j’ai opté pour une pédicure, vernis noir. L’esthéticienne m’a demandée plusieurs fois si j’étais sûre de moi, hé hé.

Là, au bord de la piscine, j’attends qu’on me livre mon sac à dos depuis l’aéroport. C’est pas tout ça mais je repars demain à 8h45 de l’hôtel. J’en ai donc un peu besoin !

Et jusqu’ici tout va bien !