Temples et maisons anciennes de Hoî An

Hoi An

Ah comme c’est cool de rester quelques jours à Hoi An en particulier et au même endroit en général… Du coup ce matin, j’ai pris mon temps et un vrai bon petit déjeuner avant d’aller faire un premier petit tour de shopping.

Lorsque j’étais chez May à Sapa, une des deux autres filles m’avait fait goûter des « cacao nips ». Ce sont des graines de cacao et c’est délicieux. En me réveillant, je me suis dit que je pourrais peut-être trouver ça ici et bingo ! En plus c’est à deux pas de l’hôtel. La boutique, Bloom, est super jolie avec des produits uniques, j’ai trouvé d’autres petites bricoles bien sympas aussi. Je la recommande vivement.

Ensuite, bien qu’il soit 11h passé, je suis partie découvrir les différents temples et maisons historiques de Hoî An. A 11h, il fait vraiment très chaud et je suis en nage en 2 min chrono. Mais d’un autre côté, j’ai bon espoir d’éviter la foule qui remplie les rues dès 15h – 16h. Et ça marche !

Hoi An

Hoi An

J’ai donc pu visiter plusieurs maisons, halls d’assemblée des commerçants chinois du 17-18-19e siècle et temples. Les maisons ont des influences japonaises et chinoises. Les temples sont de style chinois. Je vous laisse regarder les photos, de belles visites.

Hoi An

Hoi An

Hoi An

À ma 4e ou 5e visite, je rencontre Nicolas qui visite l’Asie et le Vietnam d’où vient son père. On a bu un verre et papoté avant repartir dans la foule de la fin d’après-midi pour visiter encore quelques maisons.

Hoi An

Hoi An

Hoi An

En route, je nous fait stopper chez Friendly Shoes Shop où ils fabriquent les chaussures de vos rêves sur mesure en quelques jours. À 68€, je me suis dit que ça valait le coup d’avoir des chaussures sur mesure. D’autant que Hoi An est LA ville où faire ça (où se faire faire un vêtement sur-mesure)… Si je préfère acheter du tissu pour faire mes vêtements moi-même, je ne sais pas faire mes chaussures 🙂

Hoi An

Après un dernier tour, on se sépare pour se rafraichir respectivement dans les piscines de nos hôtels. Là, je repars pour qu’on ailler dîner ensemble, alors hop hop hop !

*** 23h30 ***

De retour d’un bon dîner avec Nicolas, je file au lit ! Et jusqu’ici, tout va très bien 😉

Beng Mealea, Kbal Spean, Banteay Srei

Ce matin, j’ai réussi à partir à l’heure que j’avais prévu : 7h30. Mon driver n’est pas très causant mais bon… Au début, je me suis dit qu’il n’allait vraiment pas vite mais en fait, il est juste prudent. Il n’a dépassé les 50 km/h que quand il n’y avais quasi plus personne sur la route. Bon après, on a jamais dépassé les 60… ce qui explique que les 68 km jusqu’au Temple de Beng Mealea ait pris plus d’une heure.

Beng Mealea

Arrivée avec les fesses en compote très finement passée. J’ai eu un peu peur car il y avait 3-4 bus mais en fait, le temple est un tel dédale que ça allait. On le voit sur les photos, il reste possible de se retrouver seul dans un coin à visiter. À peine entrée, un mec s’est mis à me montrer le chemin. Vu la dose d’escalade sur les pierres éboulées du temple, j’ai d’abord cru à une mesure de sécurité. Puis j’ai fini par me dire qu’il allait sûrement demander un pourboire… Trop tard.

Le Beng Mealea est un temple encore très entouré de végétation, encore plus que le Ta Prom. Par contre il est quasiment totalement écroulé. Pour le visiter, on a donc la possibilité d’aller crapahuter dans tous les coins. Les enfants adorent. On peut aussi grimper sur le haut de murs et donc voir le temple comme si on était sur le toit des bâtiments et des galeries. Le mec m’a donc emmené un peu partout en me donnant quelques repères : les bassins, les bibliothèques intérieures et extérieures, le prasat principal, etc.

A la fin, je lui ai tendu 1$, il m’en a demandé 2. Quand j’ai parlé à un père avec ses deux enfants pour voir combien il avait donné à son guide à lui, il m’a dit 10$. Bon, ça va. Pour terminé, j’ai refait un tour par moi-même. Ce matin, j’avais hésité à mettre mes baskets au lieu de mes sandales… J’ai tellement bien fait !

IMG_0588.JPG

IMG_0586.JPG

IMG_0587.JPG

IMG_0585.JPG

DSC03262.JPG

Kbal Spean

On repart pour un nouveau long trajet avec mon driver. Une fois de plus, je finit avec l’arrière-train totalement ankylosé. Mais la marche de 2km en montée sur un chemin au milieu de la jungle résout ce problème. Le chemin est bien tracé mais il reste quand même énormément de racines et de rochers en travers du chemin. C’est là que je dépasse un groupe d’ados, certains aveugles guidés et même soutenus par leurs compagnons sourds. Je me demande comment ils font pour communiquer et ne pas se vautrer tous les 3m tant le chemin est escarpé (bien sur, ils sont tous en tongs hein).

Ça monte, ça monte et je finis par arriver à la rivière. Au fond de la rivière, des divinités et des lingams ont été sculptés. J’en profite pour m’éloigner un peu des sculpture et me rafraîchir dans la rivière. En la descendant, on découvre d’autres sculptures puis une petite cascade sous laquelle le groupe d’aveugles et de sourds font les fous.

DSC03301.jpg

DSC03276.JPG

DSC03279.JPG

Je redescends et on mange avec mon driver. Je m’arrache la bouche avec mon poulet sauté au lemongrass. J’ai invité mon driver en lui demandant de demander les prix cambodgiens et pas les prix pour étrangers. J’ai bien fait, mon plat uniquement était à 4,50$ sur la carte. Là, avec deux plats et deux boisson, j’en ai pour 5,50$.

Banteay Srei

Ce coup-ci le trajet prend seulement 15min. Ce temple, plusieurs fois des cambodgiens y ont fait référence en discutant sous le nom de Lady Temple. Parce qu’il est en pierre rose je crois.

Toujours est-il que ce temple est magnifique. Très bien organisé, la visite du temple est accompagnée d’une expo. J’ai commencé par là. Ce qui m’a permise d’apprendre que les temples hindouistes ou bouddhistes peuvent avoir deux plans : le plan central (un carré avec 4 entrées possibles) ou le plan linéaire (plus dans le genre de nos églises avec une seule entrée qui mène vers le saint des saints via une allée et différentes portes). Le Banteay Srei est linéal. Angkor Vat est une hybride avec 4 entrée mais 1 principale.

Le temple est très beau. Bien conservé et bien restauré (par les Français), les sculptures sont extrêmement fines, détailles et surtout elles recouvrent absolument toutes les surfaces. Le tout, dans une magnifique pierre rose qui lui donne un air plus gai que les autres en pierre grise. Ce temple est plus ancien qu’Angkor (967 après JC contre le XIIe) ce qui est d’autant plus impressionnant.

DSC03321.JPG

DSC03335.jpg

DSC03334.JPG

DSC03328.jpg

A la fin de la visite, il est possible d’emprunter un petit chemin avec des points de vue sur la campagne ou d’aller faire du bateau et pêcher ou d’aller visiter le jardin botanique. Très bien organisé. Par contre, mieux vaut ne pas s’aventurer dans la campagne hors de sentiers battus à cause des mines terrestres qui restent de la guerre.

DSC03340.jpg

Le trajet de retour m’a parue plus court… Peut-être l’appel de la piscine même si le temps s’est rafraîchi. Peut-être va-t-on avoir de la plus ? Là, je vais aller manger à deux pas dans un resto bien noté par le guide… miam ! Parce que si je ne vous l’ai pas dit, on mange très bien au Cambodge 🙂

Et donc jusqu’ici, tout va bien.

Kompong Pluk : village flottant ou plutôt village lacustre

Après une nuit un peu difficile (j’ai un peu rêvé en boucle de mon p**** de téléphone), je me suis levée à la bourre pour mon départ pour Kompong Pluk. Comme le petit dej n’était pas très rapide non plus ce matin, on a décollé avant 7h45.

Après une demi-heure environ (au doigt mouillé vu que je n’ai plus de montre), nous sommes arrivé au guichet pour payer pour le bateau. Apparemment, les pilotes de bateaux se sont organisés avec un guichet unique pour faire payer les touristes. Sauf, qu’ils ont d’abord essayé de me faire payer 45$… J’ai protesté (dans le guide ils disent 8$) mais ils m’ont dit que c’était parce que j’étais seule. Je leur ai dis que je pouvais me joindre à des gens. Ils m’ont dit que non, les gens ne voulaient pas se joindre à d’autres personnes. Je me suis dit, cause toujours, je demanderais moi-même. Un tuk-tuk est arrivé avec 3 personnes, des parents et un grand fiston de 16 ans je dirais. Je leur ai demandé si ils seraient d’accord pour que je me joignent à eux. Ils étaient d’accord. Là, un des guichetiers a voulu les prendre à part mais j’ai suivi et il a à nouveau proposé le tarif de 45$. Nous avons refusé, le monsieur disant qu’il s’était renseigné et qu’on lui avait dit 20$. Après un moment, on s’est mis d’accord sur 20$ + 3$ de droit d’entrée.

La famille est une famille de japonais, très sympas, qui voyageaient seuls. Le père parlait le meilleur anglais mais la mère pour dire deux-trois mots en français.

Mon conducteur m’a encore fait fait 400m jusqu’au bateau et on a embarqué. Mon conducteur et le conducteur du tuk-tuk des japonais ont embarqué aussi. C’était pour les deux la première fois au village lacustre, jusqu’ici, ils avaient seulement emmené les touristes jusqu’à l’embarcadère.

DSC03100.JPG

Ensuite, on s’est engagé dans une sorte de chenal entouré d’arbres qui pointaient plus ou moins hors de l’eau. Après au moins 20min, on est arrivé devant la gendarmerie (écrit comme ça sous le nom en cambodgien) puis rapidement le cœur du village. Je ne sais pas pourquoi on appelle ça un village flottant. C’est un village de maisons sur pilotis et seuls quelques bâtiments flottent : des annexes de maison, comme les poulaillers par exemple. Les maisons sont très hautes. Sur les photos, on voit qu’elles dépassent de 3-4 m… Et bien apparemment il y a encore autant de profondeur d’eau. Mais je ne vais pas tout d’écrire, voici quelques photos :

DSC03130.JPG

DSC03152.jpg

DSC03134.JPG

DSC03131.JPG

Après le tour en Long boat à moteur, on a été déposé sur une plateforme où d’autres bateaux à fond plat nous attendaient, pilotés par des femmes. 5$ de plus pour faire un tour. Je suis montée avec Minako, la mère, même si elle avait un peu peur. Le père et le fils étaient dans un autre bateau. C’est seulement deux personne par bateau. Au final, c’était une très bonne décision de faire ce tour car c’était juste magique. Pour commencer, le petit tour dans le village sans moteur était un vrai plaisir. Ensuite, elles nous ont emmené dans la forêt noyée avec des arbres immenses qui sortent de l’eau. L’eau reflète des effets de lumière du soleil sur les arbres tout autour, de la lumière liquide. Ensuite, les pilotes nous ont montré des singes qui crapahutaient dans la canope. Et des oiseaux, des grenouilles. Vraiment magnifique et calme. Magique.

DSC03181.JPG

Puis on a repris le long boat à moteur et le pilote nous a amené un peu au milieu du Tonlé Sap (le lac immense de 15 000 m2 sur lequel se trouve les villages lacustres). On ne voit pas les rives nulle part, uniquement les arbres dépassant de l’eau de la forêt par laquelle on est passé. Une des caractéristique du Tonlé Sap est que le Mékong influe sur le sens de son cours. Une saison dans un sens, l’autre saison dans l’autre sens. Le pilote nous a arrêté au milieu, moteur off. Sans trop d’explication jusqu’à ce qu’un des chauffeurs nous dise qu’on peut se baigner. Il ne fallait pas me le dire 2 fois. J’ai enlevé ma casquette, mes lunettes, mon short et mes chaussures et plouf dans l’eau. L’eau était chaude avec des courant de froid. Mais le soleil réchauffe l’eau clairement mieux qu’en Bretagne ou même en Méditerranée. Les japonais ne se sont pas baignés. Pas de maillot d’une part (mais moi non plus en fait) et le fils m’a dit qu’il ne savait pas nager.

DSC03185.JPG

J’ai fait une partie du retour sur la plateforme avant pour sécher un peu. Le remède à la chaleur un petit bain !

Sur le retour, le conducteur m’a demandé ce que je faisais demain. J’ai dit que je ne savais pas encore mais que s’il revenait vers 8h, j’aurais eu le temps de réfléchir. J’ai passé l’après-midi à me relaxer, faire une sieste et organiser les quelques jours qui viennent. Mais le soir venu, pas de driver. Mais pas de problème, un des tuk-tuk de l’hotel s’est mis à discuter avec moi et on a finit par se mettre d’accord pour demain. 28$ pour faire 3 temples très éloignés : Bantaey Srei, Kbal Spean et le Beng Mealea.

Sur ce, bonne nuit. Il y en a qui se lèvent demain !
Et jusqu’ici, ça va mieux 🙂