Zagreb, la ville basse

Avant le bus

Ce matin, je me suis levée un peu plus tard et j’ai profité d’avoir ma salle de bain pour me laver les cheveux. Ce soir, je dors en auberge de jeunesse et ce sera surement moins confortable.

Je suis partie visiter la ville basse. A l’origine, Zagreb était constitué de deux villes séparées par une rivière qui ont ensuite été réunis. Ensuite, un funiculaire a été construit pour relier les deux et aussi un peu copier Belgrade (ville avec laquelle Zagreb a toujours été un peu en concurrence). Bref, hier j’ai visité la ville basse et aujourd’hui ce sera la ville haute à l’architecture XIXÈME et XXÈME.

Je suis d’abord allée faire un tour à l’ancienne mosquée. C’est un bâtiment de style BauHaus qui a brièvement été converti en mosquée durant la seconde guerre mondiale par le dictateur fasciste local pour s’attirer les faveurs de la communauté musulmane. Après la guerre, Tito l’a aussitôt rendu à son activité d’origine de maison des artistes zagrebois mais le nom est resté.

Ensuite, je suis repartie vers la gare et le parc qui lui fait face. En chemin, quasiment tous les bâtiments sont de style Art nouveau et Sécession mais beaucoup sont très décatis, avec la façade qui tombe en ruine malheureusement.

Zagreb
Sur la grande avenue devant la gare, les immeubles sont en bien meilleurs état et magnifiques. Quel dommage que plus de rénovations ne soient pas à l’ordre du jour. Zagreb pourrait être vraiment magnifique pour les amateurs d’architecture.

zagreb
zagreb

J’ai remonté à nouveau toute l’avenue pour retomber sur la grande place centrale et acheter mon ticket de tramway pour tout à l’heure, quand je vais aller à la gare routière. Puis je suis allée faire le marché pour m’acheter de quoi manger ce soir. L’auberge a une cuisine mais encore faut-il avoir de quoi cuisiner. Au programme, des brugnons, de la saucisse sèche qui a l’air délicieuse, du pain (les Croates sont très fans de pains et de pâtisseries, au moins autant qu’en France) et des pâtes artisanales. Au sous-sol du marché, il y a des étals de pâtes fraîches ou sèches où les maîtresses de maison achètent beaucoup de feuilles de pâtes… (pour faire des lasagnes ?) Les Vénitiens ont longtemps dominés la côte dalmatienne. Cela a apparemment laissé pas mal de trace sur la cuisine. On peut manger italien partout.

Dolac Zagreb
Je me suis aussi acheté de l’huile essentielle de lavande artisanale, du baume à lèvres à la cire d’abeilles artisanale aussi et un pantalon « de vacances » qui vient lui à mon avis du même endroit que tous les pantalons à motif éléphant que j’ai pu voir au Cambodge, en Thaïlande et à Bali.

Là, je me suis rentrée, je me pose un peu avant de repartir prendre mon bus. Ce soir, je vais arriver vers 20h et le temps de m’installer et de manger, je voudrais quand me coucher tôt. L’idée est de se lever très tôt demain pour profiter du parc avant l’afflux de touristes. Apparemment, c’est bondé en ce moment. Et puis le matin, il y a une meilleure lumière.

Après le bus

J’ai donc été prendre le bus après avoir dit au revoir à mes trois adorables hôtesses… D’où nia m’a même courue après en vélo car j’avais oublié ma lampe frontale.

Le bus avait 30 min de retard. Il s’est mis à pleuvoir. Et alors que je croyais pouvoir arrêter le bus près de mon auberge de jeunesse, j’avais en fait mal compris les instructions et il fallait prendre un taxi en plus. Heureusement quand même, un couple d’anglais allaient à la même auberge et nous avons pu partager les frais. Sinon, c’était genre deux fois le prix de la chambre.

Là, je vais en avoir pour quelque chose autour de 18€ et franchement là, tout de suit, je ne pense pas que ça les vaille. Au secours, je suis dans l’auberge de jeunesse la plus bruyante de la terre. J’ai l’impression d’être au dessus d’une boîte de nuit. Des jeunes en bas foutent un bordel monstre. Ils ont laissé la cuisine dans un état dégueulasse. J’ai dû tout laver pour arriver un manger. Il y a de quoi mettre de la musique dans la salle commune ce qui est une grosse erreur. Elle est du coup impraticable à cause du bruit. Et ce bruit résonne dans toute l’auberge vu que l’isolation est totalement pourrit, tout résonne alors que c’est un bâtiment neuf. Là je suis assez soûlée. Je vais me lever à 5h30 pour prendre un bus qui m’amènera devant le parc pour 7h et je reprendrai directement un bus après et basta.

Bon, j’ai mes boules quies et mon masque de nuit donc on va dire que jusqu’ici tout va bien !

(PS : et pas de photos car il faudrait que je redescende de mon lit superposé pour ouvrir mon coffre cadenassé et trouver à la fois mon appareil photo et mon lecteur de carte photos pour transférer… Enfin bref. Trop compliqué !)

(Edit 20/08/15 : j’ai mis des photos)

Zagreb, visite et rencontre inattendues

Ce matin, je me suis réveillée tôt et j’ai un peu réfléchi à la suite de mon voyage suite à mon petit tour hier soir en ville. Zagreb est charmant mais pas très grand et 3 jours ici me semblait un peu trop. Finalement, je me suis décidée à partir demain en fin d’après-midi pour le parc national de Plitvice. J’ai réservé un lit en auberge de jeunesse (merci de ne pas faire de blague sur mon âge ^^).

Tour guidé inattendu

Puis je suis partie visiter la vieille ville. Et en arrivant près du funiculaire, je suis tombée sur un groupe près à partir pour une visite guidée de Zagreb, un free tour. Le guide m’a demandé si j’étais là pour le tour… J’ai dit que non mais puisque j’étais là, ben oui en fait ! Parfait !

image
image

Le guide nous a pas mal raconté l’histoire de la Croatie bien qu’il était à tout moment persuadé que ça ne pouvait pas nous intéresser plus que ça. C’était en fait très intéressant mais l’histoire de la Croatie est très compliquée, ayant fait partie de nombreux empires, royaumes et républiques avant de devenir indépendante en 1991. Bien sûr, chaque changement de régime a influencé l’art et l’architecture de Zagreb où l’on voit donc des immeubles Art Nouveau, des immeubles de la sécession viennoise ou encore du BauHaus.

Jolie rencontre inattendue

J’ai aussi rencontré Sony, une indienne de 28 ans qui voyage un peu seule suite à une année de bénévolat à Berlin pour laquelle elle a quitté son travail à Amazon à Bangalore. Elle m’a abordé car elle a remarqué sur le formulaire que nous sommes nées le même jour.

On a pas mal discuté pendant la visite puis on est allée prendre un verre puis manger ensemble. On s’est un peu raconté nos vies et les différences entre l’Inde et la France.

image

Ensuite, nous sommes allées visiter le musée des ruptures sentimentales (et pas que amoureuses contrairement à ce que dit le Lonely Planet). C’est très sympa, parfois émouvant, parfois très drôle. Pour finir, nous sommes retournée voir un point de vue sur Zagreb près du funiculaire et nous nous sommes quittées.

image

Je me suis encore baladée et je suis tombée sur ce bout de barrière croulant sous les cadenas d’amoureux, comme avant sur le pont des Arts à Paris. C’était particulièrement savoureux après la visite du musée.

image

Et là, je me suis rentrée un peu fatiguée. J’écris un peu le blog avant d’aller dîner.

Avant d’aller dîner, j’ai d’abord discuté assez longtemps avec mes hôtesses qui m’ont notamment conseillé quelques îles à voir sur la côte. Je leur ai aussi donné l’adresse de ce blog. Pour mon premier Airbnb en chambre chez l’habitant, c’est un succès 🙂

Je suis ensuite partie manger au Nokturno, un restau qu’elles m’ont aussi conseillée et qui était très bien. J’ai le ventre bien plein, je vais donc éteindre les feux très satisfaite de ma journée. Et bien sur, jusqu’ici, tout va bien.

Première journée burp à Zagreb

Debout à 4h15, j’ai décollé à 8h pour Francfort en Allemagne. Puis encore 1h15 d’avion pour atterrir à Zagreb vers 14h30. Jusque là, tout allait bien… J’ai récupéré un plan papier de Zagreb (même si je compte un tout faire en me repérant sur mon telephone via l’application Ulmon CityMaps2Go qui permet de se géolocaliser sans data sur une carte préalablement téléchargée) et trouvé mon bus.

Et puis là, j’ai commencé à me sentir un peu bof. Le trajet en car n’a rien arrangé vu mon mal chronique des transport. Quand je suis arrivée à la gare routière j’étais franchement nauséeuse. J’ai décidé de prendre un taxi plutôt que le tramway vu mon état. Sauf que j’ai quand même été malade (mais j’ai heureusement pu ouvrir la portière à temps ^^).

Bref, arrivée devant l’adresse de mon hôtesse Airbnb, tout à l’air fermé. Je sonne, je me sens mal et je n’ai qu’une envie : me coucher. Sauf que personne ne répond. En regardant l’adresse, ça a l’air différent. Au lieu de Vinkovićeva ulica que j’avais montré au chauffeur (ne me demandez pas encore de prononcer please), je suis ulica Benedikta Vincovica… J’envoie un sms à mon hôtesse qui s’impatiente un peu. Je suis perdue. Je redescend dans la rue plus bas avec plus de circulation et le tramway qui passe afin d’essayer de choper un autre taxi, mais ils me passent tous sous le nez sans s’arrêter… Ô Rage (enfin si j’avais eu la force de rager) !

Et en fait, je reçois un sms d’Iva, mon hôte qui me dit que j’étais au bon endroit mais qu’il y a juste un souci avec les numéros de maison. Ouf !

Je suis remontée, Iva et ses colocataires très gentilles m’ont fait une infusion de menthe fraîche pour me remettre l’estomac d’aplomb et m’ont expliqué l’appart. Il y a un chien et un chat. Le chien ressemble un peu à Leda et la chatte à Sarah. Je suis ensuite allée m’allonger et j’ai dormi jusque 19h30 pour me réveiller totalement remise de mes émotions.

Tour de nuit dans Zagreb

Je suis donc partie faire un petit tour de Zagreb by night (avec quelques gouttes de pluie à peine et une bonne température). L’appartement est vraiment à côté du centre de la ville haute. En 5 min, j’étais dans Tkalčićeva, une rue piétonne blindée de bars et de restaurants. 

 Zagreb 
J’ai poussé plus loin vers la cathédrale et autour la place Medvesčak puis je suis revenue sur mes pas pour manger pour 5€ un plat de pâtes maison. J’avais un chanteur guitariste en train d’animer le resto en face de moi… Un guitariste de compet : il n’a pas fait une pause entre les chansons qu’il enchaînait façon medley (chansons pop). Impressionnant !

Zagreb  
Zagreb 
Et puis retour dans mon lit au ras du sol. Je pense que je vais bien dormir, c’est calme. Et jusqu’ici, tout va bien 😉