15 49.0138 8.38624 1 1 4000 1 https://miio.org/sofar/gb 300

Crapahute, crapahute à Florence

Aujourd’hui, j’avais rendez-vous avec Stéphanie pour une visite guidée de Florence. Réservée sur Airbnb, cette “expérience”  a tenu toute ses promesses.

Je n’ai pas pris de photos pendant la visite mais, après un repas et une pause, je suis repartie prendre des photos et même pousser un peu plus loin.

La visite guidée de Florence

On était 5, un vieux couple qui fêtait ses 50 ans de mariage, un jeune couple et moi.

Stéphanie, française et prof d’italien (enfin mai tenant prof de français en Italie), nous a fait démarrer par la piazza della Republica.

Cette place qui tranche avec le reste de Florence a été construite lors de la réunification de l’Italie au 19e sous Victor-Emmanuel pendant que Florence était brièvement la capitale du pays.

On a continué sur dans le quartier en découvrant le bâtiment de la guilde des fourreurs & maroquiniers reconverti aujourd’hui comme le QG de la ligue du calcio storico (sorte de football ultimate fighting propre à Florence).

C’est l’occasion d’observer les façades peintes qui étaient la règle à Florence.

Petit passage à l’intérieur de l’église d’Orsanmichele qui était l’ancien entrepôt à grain, juste à côté du Mercato Nuevo. Classe l’entrepôt…

Puis, on a continué sur la place du Palazzo Vecchio (le Vieux Palais) qui était le palais de la Seigneurerie avant que les Medicis ne deviennent ducs de Florence le pouvoir sous Cosme 1er (à savoir qu’il y en a eu un avant, qui ne s’appelle pas Cosme Zero mais Cosme l’Ancien… whatever) et s’y installent.

Les 2 statues devant le Palais sont le David de Michel-Ange commandé par les guildes alors que les Medicis avaient été chassé de Florence (David ayant vaincu Goliath, le tyran – sic -) et le Hercule et Cacus de Baccio Bandinelli commandés par les Medicis à leur retour (Hercule terrassant Cacus, le dieu des voleurs -re-sic -) .

😀 Ça a plus de classe que les tweetclash, non ?!

On y voit aussi une fontaine de Poseidon sous les traits de Cosme 1er pour fêter l’annexion de Pise, transformant Florence en puissance maritime.

Pas trop embarrassés par la modestie à l’époque, hein !

Enfin, pour finir avec ce petit coin, on a suivi le corridor “secret” des Medici (qui passe juste devant mon hôtel) construit pour relier le palazzo Vecchio, siège du pouvoir, au palazzo Pitti, leur résidence privée.

Ce corridor est moyennement secret vu qu’il est à la vue de tous mais j’imagine qu’il cachait a minima les allées & venues.

Ensuite, nous avons pris un café offert par Stéphanie dans un délicieux café / pastelleria où il faudra que je revienne pour un en-cas.

Ce qui nous a amené à la cathédrale de Santa Maria del Fiore (fiore = les fleurs, comme dans Florence / Firenze).

Cette cathédrale est un véritable défi à prendre en photo. C’est le 4e plus grand bâtiment religieux d’Europe.

Elle a été construite en 3 phases :

  • le corps principal du bâtiment et le campanile qui a usé 3 architectes : en 30 ans au 13e siècle.
  • 1 siècle plus tard, le dôme par Brunelleschi parce que bon, un grand trou dans la cathédrale, c’est pas bien pratique.
  • puis au 19e, quand ils ont à nouveau eu un peu d’argent à investir, la façade.

Le plus étonnant dans tout ça, c’est qu’elle garde un style globalement très uniforme et respectueux du projet initial d’Arnolfo (le 1er architecte)… la cathédrale de Rouen ne peut pas en dire autant.

On s’est quitté là même si j’aurais vraiment voulu continuer à écouter Stéphanie. Ceci étant, elle est très généreuse puisque la visite a duré 2h30 plutôt que les 2h prévues.

Visite en solo à Florence

Ensuite, j’ai suivi les conseils de ma guide pour mon resto pour le déjeuner et j’ai enchainé en allant voir plusieurs points d’intérêt gratuits qu’elle m’a envoyé.

J’ai commencé par la cour du palais Medici-Riccardi, l’ancien palais des Medicis.

Ensuite, j’ai exploré le marché San Lorenzo et le quartier avant d’aller voir la basilique Santa Maria Novella et la parfumerie & erboristerie de Santa Maria Novella.

Cette parfumerie remonte à l’erboristerie des moines franciscain au 13e siècle. Aujourd’hui, elle est surtout fréquentée par des touristes asiatiques.

Finalement, la nuit tombée, j’ai fait une pause dans mes pénates avant un diner de ribollita (soupe du pauvre bouillie, voire rebouillie – d’où son nom – d’haricots & choux noir local) à l’Osteria Santo Spirito. Mouaif.

Et me voilà devant mon ordi et tout va bien. Un peu de regret sur mes photos pas fantastiques, mais bon.

Demain, c’est sûr, je vais au palais Pitti et son jardin Boboli.

Précédent
Les Offices de Florence
Suivant
Pitti & Boboli à Florence