C’est l’été… il faut un sac d’été !

J’ai hésité à vous mettre la suite des oiseaux aujourd’hui… et puis non. Je n’ai pas encore parlé couture jusqu’ici donc j’ai décidé d’étrenner la rubrique ce soir.

Un bô we de mai, je suis allée à Bouchara (pas de pub, pas de pub ;o)) afin d’acheter du tissu pour faire du linge de lit pas cher… Après ces menus achats, je me suis dis “Tiens, allons faire un tour au Printemps pour regarder un peu les accessoires en ce moment“. Je vois un joli sac tout bête rectangulaire et je me dis “Oui, bonne idée, un nouveau sac pour l’été“.

Mouais, 50 euros le joli sac tout bête. J’ai donc fait demi-tour chez Bouchara pour acheter la belle toile à transat devant laquelle j’avais bavé 30 min plus tôt sans parvenir à lui trouver d’utilité. Et voilà le fruit de 2 soirées de boulot:
sac besace fait-main

Il est plus beau que celui que j’avais vu en magasin bien sûr ;o)
Et dedans j’ai mis des poches pour mon portable, mon chequier et mes portes-cartes. Pratique et fait sur-mesure pour ma taille !

Oiseaux de paradis

J’ai un projet de robe médiévale en cours depuis des années pour La Fête des Remparts de Dinan qui a lieu tous les deux ans. A l’origine, je voulais juste faire une sorte de tunique grise avec un laçage pour être près du corps. Je comptais surtout sur les accessoires pour l’originalité.

Et puis, l’été dernier j’ai eu une idée : broder des oiseaux de paradis.
Mon père possède de beaux livres de naturalisme sur les oiseaux et notamment une compilation des plus beaux dessins de JOHN GOULD (1804 – 1881).

Voici une des adaptations que j’en ai fait :

Les pattes ne sont pas terminées. Je ne souhaite pas les remplir mais simplement faire un contour au point de tige.

D’autres à venir…

Ouf ! vive la broderie traditionnelle

[image_frame style=”framed_shadow” align=”left” alt=”La broderie traditionnelle Bayard” title=”La broderie traditionnelle Bayard” height=”300″ width=”238″]https://miio.org/sofar/wp-content/uploads/2005/06/la_broderie_bayard_marie_noelle.jpg[/image_frame]

Un peu lassée par la broderie au point de croix, j’ai donc commencer à essayer la broderie traditionnelle. Sur Internet comme en librairie on trouve beaucoup moins de renseignements sur le sujet que sur le point de croix. Il y a beaucoup moins de modèles de réalisation.

Heureusement, la principale qualité de la broderie traditionnelle, c’est qu’il est assez facile de se créer son schéma de réalisation.

Mon pied à l’étrier a été La broderie de Marie-Noëlle Bayard.


[image_frame style=”framed_shadow” align=”right” alt=”Le jardin mediéval broderie” title=”Le jardin mediéval broderie” height=”248″ width=”250″]https://miio.org/sofar/wp-content/uploads/2011/08/jardin.jpg[/image_frame]

Puis grâce au livre Le Jardin Médiéval de Claude Fauque et Marie-Noelle Bayard, j’ai réalisé ma première broderie traditionnelle.

Quel bonheur, quelle liberté de réalisation ! Je suis partie d’une minijupe en jean et voilà !

[image_frame style=”framed_shadow” align=”center” alt=”La broderie traditionnelle sur vêtement” title=”La broderie traditionnelle sur vêtement” height=”562″ width=”450″]https://miio.org/sofar/wp-content/uploads/2011/08/marguerite.jpg[/image_frame]

Hégémonie du point de croix : les grilles et le comptage

[image_frame style=”framed_shadow” align=”left” alt=”grille point de croix” title=”grille point de croix” height=”340″ width=”250″]https://miio.org/sofar/wp-content/uploads/2011/08/ex-grille.gif[/image_frame]
Bien sur, pour broder au point de croix, il faut de plus avoir une grille et une légende de couleurs.
A gauche, un exemple de grille. Ici il s’agit d’un arbuste dans un pot.

Acheter des grilles de point de croix

Il faut dire que cela revient vite assez cher. Pour ce qui est de créer ses propres motifs, c’est quelque chose d’assez compliqué. Certains logiciels existent mais là encore, c’est payant.

Compter ses points

Ensuite, l’autre nom du point de croix est le point compté. Et de fait, quant on brode au point de croix, on compte ses points, ses lignes de points…tout le temps. C’est un peut comme le tricot de ce point de vue.

L’ancêtre de la pixelisation !

Enfin, avec le point de croix, pas moyen de faire des belles courbes. On obtient toujours une sorte de broderie pixelisée.

[colored_box title=”Conclusion” variation=”silver”]Pour toute ces raisons, je me suis rapidement tournée vers ce qu’on appelle la broderie traditionnelle. Si la broderie au point de croix est idéale pour les débutants, il me semble qu’elle atteint rapidement certaines limites.[/colored_box]

Hégémonie du point de croix : les toiles

Le point de croix, c’est sympa, c’est facile mais pour broder sur des vêtements, c’est un peu contraignant. Il faut toujours utiliser cette fameuse toile tire-fil.

[one_half]1. Sinon, vous pouvez broder sur des toiles spéciales :
[image_frame style=”framed_shadow” align=”center” alt=”toile à broder aida” title=”toile à broder aïda” height=”450″ width=”330″]https://miio.org/sofar/wp-content/uploads/2011/08/toiles.jpg[/image_frame]
[/one_half]

[one_half_last]2. ou sur des accessoires spéciaux (assez cher) :
[image_frame style=”framed_shadow” align=”center” alt=”bavoir à broder aida, accessoires à broder” title=”bavoir à broder aïda” height=”300″ width=”233″]https://miio.org/sofar/wp-content/uploads/2011/08/j52048672.jpg[/image_frame][/one_half_last]
[colored_box variation=”orange”]
Pour moi, broder sur des accessoires à broder, est l’équivalent absurde du patchwork tel que pratiqué aujourd’hui. On achète à prix d’or des accessoires à broder (moches souvent) alors que la broderie avait pour but d’embellir des vêtements autrement ordinaires. Tout comme le patchwork avait une vocation de “recyclage” de vieux vêtements et bouts de tissus… désormais les pratiquantes achètent à prix d’or des coupons de tissu “spécial patchwork”. Un non-sens ![/colored_box]