15 49.0138 8.38624 1 1 4000 1 https://miio.org/sofar 300

Kompong Pluk : village flottant ou plutôt village lacustre

Après une nuit un peu difficile (j’ai un peu rêvé en boucle de mon p**** de téléphone), je me suis levée à la bourre pour mon départ pour Kompong Pluk. Comme le petit dej n’était pas très rapide non plus ce matin, on a décollé avant 7h45.

Après une demi-heure environ (au doigt mouillé vu que je n’ai plus de montre), nous sommes arrivé au guichet pour payer pour le bateau. Apparemment, les pilotes de bateaux se sont organisés avec un guichet unique pour faire payer les touristes. Sauf, qu’ils ont d’abord essayé de me faire payer 45$… J’ai protesté (dans le guide ils disent 8$) mais ils m’ont dit que c’était parce que j’étais seule. Je leur ai dis que je pouvais me joindre à des gens. Ils m’ont dit que non, les gens ne voulaient pas se joindre à d’autres personnes. Je me suis dit, cause toujours, je demanderais moi-même. Un tuk-tuk est arrivé avec 3 personnes, des parents et un grand fiston de 16 ans je dirais. Je leur ai demandé si ils seraient d’accord pour que je me joignent à eux. Ils étaient d’accord. Là, un des guichetiers a voulu les prendre à part mais j’ai suivi et il a à nouveau proposé le tarif de 45$. Nous avons refusé, le monsieur disant qu’il s’était renseigné et qu’on lui avait dit 20$. Après un moment, on s’est mis d’accord sur 20$ + 3$ de droit d’entrée.

La famille est une famille de japonais, très sympas, qui voyageaient seuls. Le père parlait le meilleur anglais mais la mère pour dire deux-trois mots en français.

Mon conducteur m’a encore fait fait 400m jusqu’au bateau et on a embarqué. Mon conducteur et le conducteur du tuk-tuk des japonais ont embarqué aussi. C’était pour les deux la première fois au village lacustre, jusqu’ici, ils avaient seulement emmené les touristes jusqu’à l’embarcadère.

DSC03100.JPG

Ensuite, on s’est engagé dans une sorte de chenal entouré d’arbres qui pointaient plus ou moins hors de l’eau. Après au moins 20min, on est arrivé devant la gendarmerie (écrit comme ça sous le nom en cambodgien) puis rapidement le cœur du village. Je ne sais pas pourquoi on appelle ça un village flottant. C’est un village de maisons sur pilotis et seuls quelques bâtiments flottent : des annexes de maison, comme les poulaillers par exemple. Les maisons sont très hautes. Sur les photos, on voit qu’elles dépassent de 3-4 m… Et bien apparemment il y a encore autant de profondeur d’eau. Mais je ne vais pas tout d’écrire, voici quelques photos :

DSC03130.JPG

DSC03152.jpg

DSC03134.JPG

DSC03131.JPG

Après le tour en Long boat à moteur, on a été déposé sur une plateforme où d’autres bateaux à fond plat nous attendaient, pilotés par des femmes. 5$ de plus pour faire un tour. Je suis montée avec Minako, la mère, même si elle avait un peu peur. Le père et le fils étaient dans un autre bateau. C’est seulement deux personne par bateau. Au final, c’était une très bonne décision de faire ce tour car c’était juste magique. Pour commencer, le petit tour dans le village sans moteur était un vrai plaisir. Ensuite, elles nous ont emmené dans la forêt noyée avec des arbres immenses qui sortent de l’eau. L’eau reflète des effets de lumière du soleil sur les arbres tout autour, de la lumière liquide. Ensuite, les pilotes nous ont montré des singes qui crapahutaient dans la canope. Et des oiseaux, des grenouilles. Vraiment magnifique et calme. Magique.

DSC03181.JPG

Puis on a repris le long boat à moteur et le pilote nous a amené un peu au milieu du Tonlé Sap (le lac immense de 15 000 m2 sur lequel se trouve les villages lacustres). On ne voit pas les rives nulle part, uniquement les arbres dépassant de l’eau de la forêt par laquelle on est passé. Une des caractéristique du Tonlé Sap est que le Mékong influe sur le sens de son cours. Une saison dans un sens, l’autre saison dans l’autre sens. Le pilote nous a arrêté au milieu, moteur off. Sans trop d’explication jusqu’à ce qu’un des chauffeurs nous dise qu’on peut se baigner. Il ne fallait pas me le dire 2 fois. J’ai enlevé ma casquette, mes lunettes, mon short et mes chaussures et plouf dans l’eau. L’eau était chaude avec des courant de froid. Mais le soleil réchauffe l’eau clairement mieux qu’en Bretagne ou même en Méditerranée. Les japonais ne se sont pas baignés. Pas de maillot d’une part (mais moi non plus en fait) et le fils m’a dit qu’il ne savait pas nager.

DSC03185.JPG

J’ai fait une partie du retour sur la plateforme avant pour sécher un peu. Le remède à la chaleur un petit bain !

Sur le retour, le conducteur m’a demandé ce que je faisais demain. J’ai dit que je ne savais pas encore mais que s’il revenait vers 8h, j’aurais eu le temps de réfléchir. J’ai passé l’après-midi à me relaxer, faire une sieste et organiser les quelques jours qui viennent. Mais le soir venu, pas de driver. Mais pas de problème, un des tuk-tuk de l’hotel s’est mis à discuter avec moi et on a finit par se mettre d’accord pour demain. 28$ pour faire 3 temples très éloignés : Bantaey Srei, Kbal Spean et le Beng Mealea.

Sur ce, bonne nuit. Il y en a qui se lèvent demain !
Et jusqu’ici, ça va mieux 🙂

Précédent
Les temples d’Angkor à vélo
Suivant
Beng Mealea, Kbal Spean, Banteay Srei

4 Commentaires

  • 19 août 2014 at 18:27

    Ta journée a été riche en découvertes !! et je suis scotchée de ton charisme à tenir tête pour les prix et à te débrouiller ainsi ! Genre de choses dont je suis incapable….. m’affirmer.

    Je suis fière de toi…. ton “caractère” a parfois du très bon….:-))

    Je t’aime Ta MM

  • 19 août 2014 at 18:36

    J’ai oublié : tes photos, tes textes : superbes pour les premières, instructifs pour les seconds

  • 20 août 2014 at 09:26
    Morgane

    Coucou !! Eliott a adoré la photo de la forêt et te précise qu’on appelle ça une mangrove (au cas où tu ne savais pas ;-))
    Petite précision : quand tu parles de $, c’est quelle monnaie exactement ?
    Et le monsieur japonais, il m’a fait rire avec son chapeau bien accroché. 😀
    Pour la baignade, moi, j’aurais surement pas osé : l’eau est trouble et on ne voit pas ce qu’il y a dedans…bêbêtes…………….

  • 20 août 2014 at 12:28

    Merci, merci Maman ! Ça me fait plaisir des compliments sur mon caractères pour une fois ! 😉
    Alors pour la mangrove, je connaissais le terme et la définition mais je n’ai pas réalisé que c’était ce que j’étais en train de voir effectivement. Donc merci Eliott !
    Pour la monnaie, je ne l’ai pas précisé, ils utilisent le dollar américain et le riel cambodgien selon un système de conversion assez simple : 1$ = 4000 riels. Donc parfois, j’achète un truc à 4,50$, je donne un billet de 5$ et on me rend 2000 riels. Au début c’est un peu galère puis on s’y fait. Si vraiment, à Phnom Penh, pour des achats importants, ils prendront des billets en euros ou en livres.