15 49.0138 8.38624 4000 https://miio.org/sofar 300

On the road again : du parc de Mauricie au lac St. Jean

0 Commentaires

Hier soir, je ne lavais pas dit mais j’ai dîné au gîte La Tempérance avec une famille de français. Le dîner préparé par notre hôte était délicieux et sur-abondant. Soupe carotte-gingembre, délicieux pâte au poivre vert, brochettes d’artichaut, maïs vapeur, barbecue de pilons de poulet, saucisses et saumon, compotée d’oignons et pour finir un gâteau à la carotte. Les enfants ont même eu le droit à des chamallows grillés au barbecue par Daniel qui leur a raconté des tas d’histoires très drôles.

En voiture Simone !

Ce matin, après un petit déjeuner aussi pantagruélique que le dîner de la veille, j’ai pris la route pour le long trajet de 4h30 jusqu’au lac Saint Jean. La route est sublime de bout en bout. On longe quasi constamment, le saint-Maurice, puis des lacs et des lacs et des rivières pour finir par arriver sur le lac Saint-Jean… tellement immense qu’on ne voit pas l’autre rive. Et encore, c’est un petit lac comparé aux grands lacs (regardez sur une une carte du Canada… vous verrez !)
20130824-215049.jpg

Val-Jalbert

Vers 14h, je suis arrivée et au lac et je suis allée visiter le Val-Jalbert, un village de compagnie et village historique. Ce village construit par et autour de la Pulperie de M. Jalbert a été vraiment en activité et expansion jusqu’en 1927 où la pâte mécanique produite ne correspondait plus à la demande du marché (qui demandait de la pâte chimique, blanchie).

La chute Maligne
20130824-215145.jpg
Panorama du lac :
20130824-215203.jpg
La chiite Ouaichouan :
20130824-215223.jpg

Le village est devenue un village fantôme et n’a été restauré que dans le années 80-90 pour en faire un site touristique. La visite est intéressante. On peut profiter du panorama sur 2 sites de chutes (la chute Maligne et la chute Ouaitchouan, du nom de la rivière Ouaitchouan qui signifie flots aux bouillons blancs) et le lac.
Le spectacle dans l’ancien moulin avec sons lumières, flocons de neige et brume :
20130824-215214.jpg
L’école extérieur / intérieur :
20130824-215303.jpg 20130824-215230.jpg

Cependant, si les maisons ont été structurellement restaurée, il manque une mise en scène plus poussée à l’intérieur. Le bureau de poste et l’école sont bien meublé mais le reste est un peu minimal pour un village qui se promet immersif…. surtout pour 30€. Ce tarif me semble excessif.
Maisons des ouvriers, rénovées ou non…
20130824-215242.jpg 20130824-215257.jpg
20130824-215251.jpg

>

Maison Robertson

Ce soir je dors encore dans une bâtisse ancienne : un comptoir de peaux bâti en 1890. Le premier comptoir de la région bâti par un homme d’exemption. Cet aïeul de l’hôte actuel à non seulement suivi une autre voie que son père (qui travaillait à la Hudson Bay company) en ouvrant un comptoir, mais de plus il s’est marié avec une autochtone, apprit la langue et inventé le commerce équitable en refusant de payer un tas de peaux avec seulement un fusil comme cela se pratiquait. Il évaluait le prix de la livraison de peaux et donnait en échange la valeur en denrées et fournitures.

La maison elle-même est un peu kitch avec des trophées de chasse partout (dont un orignal – c’est énorme cette bête !) et de l’artisanat indien, Innut mais M. Robertson est adorable !

Demain, grosse journée avec le zoo (prononcez zou) de St. Félicien et la route vers Saguenay… Mais jusqu’ici, tout va bien !

Précédent
Journée wow : Parc de la Mauricie
Suivant
Le zou de Saint-Félicien (zoo)

0 Commentaires

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.